Une Viticulture de qualité, rentable et respectueuse de l'environnement est-t-elle concevable en Région Wallonne ?


Philippe GRAFE a abandonné en avril 2000 le mandat d'administrateur délégué de la société GRAFE LECOCQ qu'il a exercé pendant plus de 40 ans.
La disponibilité de temps et d'esprit dont il a bénéficié alors l'a amené à examiner de façon plus approfondie la potentialité d'une viticulture professionnelle en Région Wallonne.

Chaque fois que l'on parle de viticulture en Belgique, on entend des réflexions comme : « notre climat ne convient pas » ou « nous n'avons pas assez de soleil  ». Soigneusement entretenus par les producteurs des régions traditionnelles, les a priori négatifs concernant la culture de la vigne dans nos contrées sont fortement ancrés dans les esprits.

Il faut bien admettre que la production de vin rouge au moyen des cépages « vitis vinifera » traditionnels est très aléatoire et, en tout cas, inconcevable dans le cadre d'une exploitation d'envergure.

La découverte des nouveaux cépages vitis vinifera de référence (*) créés par deux instituts de recherche vitivinicole en Allemagne a été le l’élément décisif qui a déclanché l’étude, la conception et enfin la création d’un vignoble entièrement planté de ces nouvelles variétés, toute la faisabilité de ce projet reposant, en effet, sur leur utilisation.

Ces variétés ont été créées selon la méthode tout à fait classique du croisement par pollinisation (*) et sélectionnées ensuite en fonction de leur résistance aux maladies fongiques et de leur cycle végétatif permettant des vendanges précoces, tout en produisant des vins rouges et blancs d’aussi bonne qualité que les cépages classiques. Cette sélection en vue de la classification est un travail de très longue haleine puisqu’elle a pris plusieurs dizaines d’années.

Les recherches faites pendant 2 ans avec le maximum d'objectivité lors de plusieurs voyages en Allemagne ont été facilitées par la présence de Pascale GRAFE grâce à sa connaissance de la langue allemande. Elles ont conforté la conviction que la culture de ce nouveau type de vigne peut être entreprise en Belgique avec autant de chance de réussite que celle d'autres arbres fruitiers tels que pommiers ou poiriers.

En 2002, Philippe GRAFE a eu la chance d'acquérir, grâce à un ami, le DOMAINE DU CHENOY comprenant des beaux bâtiments de ferme du 18 ème siècle au milieu de 11 hectares de terres en pente de 15% exposée plein sud.

Les sols argilo limoneux peu profonds et les sous sols rocheux où alternent des bancs de calcaire, de grès et de schiste conviennent parfaitement à la culture de la vigne.

Une première plantation de 25.000 pieds a été effectuée en avril 2003 sur 6 hectares qui comprend 12.000 pieds du cépage rouge REGENT créé en 1967 par le « Weinbauinstitut Geilweilerhof » et 13.000 pieds répartis entre 6 variétés interspécifiques créées entre 1968 et1983 par le « Staatliches Weinbauinstitut Freiburg » : BRONNER, MERZLING, JOHANNITER, SOLARIS et HELIOS. Ces 2 dernières variétés sont en voie de classification(*)

En avril 2004, la création du vignoble s'est poursuivie par la plantation de 2 hectares avec 7000 plants du cépage PINOTIN créé en 1980 par l'ampélographe suisse de renon Valentin BLATTNER et qui est en voie de classification.(*)

1000 plants de MUSKAT BLEU ont été également plantés en avril 2004 en vue d'expérimenter la production de raisins de table. Cette variété du même auteur suisse est très résistante aux maladies cryptogamiques (*) et produit un excellent raisin rouge muscaté à gros grains

Enfin, l'année 2005 verra au mois d'avril la plantation des 2 hectares encore disponibles avec, d'une part, 4.000 plants du cépage RONDO, variété d'origine hongroise découverte et expérimentée par les chercheurs de l'Institut de GEISENHEIM produisant des vins fruités et charnus.

On plantera, d'autre part, 4.000 plants d'une autre création, en 1991, de Valentin BLATTNER provenant d'un croisement avec le cépage CABERNET SAUVIGNON. Cette variété n'est pas encore classifiée mais les premiers vins produits sont particulièrement prometteurs.

La petite récolte réalisée en 2004 a malheureusement été en partie détruite au cours de l'incendie qui a ravagé les installations le 13 novembre 2004.

Il subsiste néanmoins une cuve de 3.000 litres de vin rouge issu du cépage REGENT dont la mise en bouteille sera effectuée dans les prochaines semaines et qui sera proposée aux amateurs sous la dénomination « Sourire de La Bruyère » « vin de pays des jardins de Wallonie ».

Ce vin est très coloré, joliment parfumé par des arômes évoquant le cassis ou la myrtille confiturée. La bouche est souple et harmonieuse avec des saveurs légèrement épicées. Malgré la prime jeunesse des vignes qui explique un léger manque de corps et de persistance, cette première cuvée laisse entrevoir la très belle potentialité de ce cépage en terre wallonne.

En conclusion, outre la perspective d'un meilleur respect de l'environnement, ce nouveau concept de viticulture va permettre de réduire considérablement les difficultés d'entretien que l'on connaît avec les cépages traditionnels qui sont très vulnérables et, plus particulièrement pour les rouges, difficiles à amener à maturité dans les conditions climatiques de notre latitude.

On sait la place de plus en plus importante que prennent la santé et la qualité des produits alimentaires dans l'orientation du choix du consommateur. Il ne fait, dès lors, aucun doute que la faculté de produire des vins sans utilisation excessive de protections chimiques présente un intérêt incontestable.